dimanche 5 juin 2011

Je reprends la route pour les éléctions 2012

Vous qui m'avez suivi dans mon périple il y a 2 ans, je reprends la route.
Mais cette expérience de la rencontre, du partage d'un repas, de l'hospitalité de plus d'une centaine de famille le long de ces 5000 kilométres de route française m'ont donné beaucoup de liberté de penser et de fois en l'humanité.
Cela m'a amené à réfléchir.
A me renseigner aussi.
A faire des constats qui m'ont indigné , révolté même.
Ca a mijoté dans ma tête jusqu'à ce me décide à bouger.
Quitter mon boulot et avec mes moyens :
  • bidouille audiovisuelle
  • amis
  • mes pieds
tenter de réveiller le pays !

On a un vrai problème mais on a aussi des solutions mais ca ne passe pas par le fait de rester assis dans le canapé devant le JT de TF1 à manger la soupe de plus en plus rance et froide que l'on nous sert .
De quelques partis qu'ils soient, les politiques ne parlent pas de ce que j'estime être les enjeux fondamentaux de notre temps, alors ... je vais aller chercher mes parrainages (les fameuses 500 signatures) à pieds.
De mairies en mairies.
J'ai pris le temps de faire un film de une heure expliquant "ma" vision du problème et des solutions dont nous disposons, je vous invite à le voir sur le

J'ai un énorme besoin de votre soutient . Faites connaître mon action autour de vous. Elle n'a pas de sens sans cela.
Merci beaucoup !

dimanche 16 août 2009

Un air de liberté




Voici un petit retour de sœur Emmanuelle ( pas la religieuse fort célèbre mais la frangine ainée du marcheur) sur sa journée de marche avec Pierre dans le Lot.



Quand Pierre a décidé brusquement de faire son tour de France à pied, j'ai senti un air de liberté qui a accompagné ma vie depuis son départ. Waouh ! aller droit devant soi, vers l'inconnu, vers la rencontre, et avec pour seul moyen de transport soi-même... Je pense que cette expérience est pour lui immense. Il peut être fier de sa route. En tout cas moi je suis très fière de lui.

Il était évident pour moi que je l'accompagne, ne fut-ce que pour une journée !
L'étape Caussade-Concots était la plus simple pour moi (maman de deux petiots) puisque nous nous retrouvions en famille sur notre terrain du pet do condes à la fin de cette étape.
Les 38 kms parcourus par mes gambettes non entraînées ont été éprouvantes surtout les 5 derniers kms, que j'ai fait en courant car c'était moins douloureux et plus rapide (Pierre, pendant ce temps marchait tranquillement à côté de moi).
Pourtant, en peu de distance, on peut vivre un vrai voyage, et les douleurs sont vite oubliées. Les paysages évoluent rapidement, au fil des pas. On est à la fois dans l'anticipation "tiens, tout à l'heure on passera à côté de ce village" et dans l'instant présent, à l'affût des sons ou du silence, à l'écoute de ses pensées et du corps qui conduit doucement vers là ou on va. Finalement, on peut aller loin en peu de temps, sans forcément utiliser la voiture. Notre mode de vie actuel nous fait peut-être oublier que les outils sont là pour nous servir, et non pour nous asservir.

On se sent si libre ainsi ! J'ai retrouvé l'esprit que mes parents ont eu dans notre enfance, en particulier quand ils ont construit une roulotte à cheval et que nous sommes partis en famille, souvent avec un copain embarqué dans l'aventure, les chats et le chien. Nous n'avions pas de contrainte de distance quotidienne à parcourir, mais chaque voyage (environ 300 kms) a été dépaysant, inoubliable. L'un d'entre nous partait à vélo quand le jour déclinait, en "éclaireur" pour trouver un coin agréable où passer la nuit, avec de la bonne herbe pour notre cheval Bijou.




Nos voyages ont également été habités par des rencontres très différentes : paysans (la nostalgie du temps des chevaux dans les fermes), ouvriers agricoles, artistes, gens de la route, voyageurs, fantasques, marginaux, sédentaires et nomades (permanents ou intermittents ou rêvant de l'être)...
Je crois que ce cadeau que nous ont fait nos parents, cette joie de partir sur les routes est un magnifique héritage !





Pour finir, un seul regret : ne pas avoir marché davantage pour faire une étape vers des personnes à rencontrer...

lundi 22 juin 2009

Pierre et le Finistère

Pierre et le Finistère . Episode 5 des webaventures du marcheur fou.


video

L' hospitalité bretonne c'est pas du pipeau. Voici le marcheur à la pointe ouest de son périple. Traversant une terre de pluie, de légende mais aussi de musique et de fête . Morlaix, Brest, Quimper, Quimperlé, Concarneau...

mercredi 29 avril 2009

Hospitalité et internet

Ce projet prouve comme le dit Pierre
Que d'un internet, d'une réalité virtuelle qui semble froide et
fausse, on peut faire surgir, avec un peu d'imagination, de la chaleur
reélle.

Internet et plus particulièrement Facebook n'est jamais qu'un outil que l'on peut utiliser pour faire jouer la solidarité et en obtenir hospitalité et rencontres.

Ce projet expérimente la possibilité de réussir un tour de France en surfant d'un hôte à un autre mis en relation par un groupe sur un
réseau social électronique.

Et ca marche ! enfin plus ou moins. Selon la taille des villes-étapes mais aussi selon leur présence sur Facebook, selon aussi que l'étape tombe sur un grand week-end , il devient difficile alors difficile de trouver un participant.

Comme Pierre n'est pas equipé pour dormir à la belle étoile et encore moins a "la belle averse" ,
que par ailleurs chaque nuit dehors et seul est un peu un échec, nous avons alors fait appel ponctuellement à un site formidable, que je tiens à vous faire découvrir :


Pour les moins anglophones d'entre-vous, il s'agit d'un site de mise en relation de voyageurs et d'hôtes , le tout permettant de surfer, en toute gratuité, de sofa en sofa mais aussi de rencontrer des étranger, de pratiquer une langue étrangère ... sans prendre l'avion !
Les membres se repartissent dans le monde entier, mais principalement dans sa partie occidentale. Le site a dépassé le million de membre au début de l'année.




Un peu comme sur Ebay, il existe un systéme de co-notation des membres entre eux de manière à rétablir un peu de confiance entre des personnes étrangeres... par définition.

Si vous pensez comme moi que le voyage est avant tout une rencontre, avec soi, certes, mais aussi avec autrui, alors voila un outil formidable.


Couchsurfing, assez anglophone, n'est pas l'unique site de ce genre, il y aussi hospitalityclub, plus ancien ou warmShower plus orienté cyclotourisme mais CS est celui qui est aujourd'hui le plus abouti techniquement et le plus populaire.

Alors

Bon voyage ou plutôt bonnes rencontres !

Romain

jeudi 16 avril 2009

En Alsace

2éme semaine d'avril, Pierre traverse l' Alsace.
D'abord en galère, il trouve un Strasbourg chaleureux et se requinque.


video

Qui reconnait son hôte à Strasbourg ?

mercredi 15 avril 2009

Bel effort à Belfort


Sur la route de Belfort, Pierre s'est trouvé avec deux nuitées à passer dehors avant d'atteindre la ville et, en liste non exhaustive :
  • Une douche
  • Un lit
  • Un repas chaud
  • Une soirée gaie en compagnie

Fort d'une première expérience de marche forcée, il a décidé de couvrir les 100 kilomètres qui le séparait, pour ainsi dire de la lumière, en 2 jours et non 3 .
Il a prévenu son hôte, Maryse, ravie même, de l'avoir un jour de plus à la maison et s'est mis en route.

Mais après une très mauvaise nuit, 70 kilomètres parcourus sans avoir engloutis la moindre chose qui puisse s'apparenter à un repas digne de ce nom, notre marcheur semble atteindre une limite physiologique et ses jambes se mutinent subitement , au milieu de la journée, prés du lieu dis Guinguette.
Il s'effondre sur le bas coté de la route.
Avec en fond le vro
mbissement de la route nationale 85, c'est un ciel gris clair ou des corbeaux tournoient que Pierre aperçoit depuis son pullman de fortune végétal surlequel il compte pour retrouver le souffle.
Un ange passe alors.
Et donne l'idée à Maryse d'appeler Pierre pour savoir comment il va.
Malgré sa maitrise de la litote, notre
marcheur cache mal son état pitoyable . Elle arrive alors à le convaincre de venir le chercher en voiture pour le requinquer avant de le ramener le lendemain au même endroit pour qu'il puisse terminer son étape en toute dignité.



Voila ce que notre bon samaritain en raconte


Mardi 7 avril au matin, je suis allée depuis Belfort reconduire Pierre en voiture à 28km de là, à l'endroit où je l'avais "secouru" la veille, afin qu'il puisse honnêtement honorer son défi.
Tout en rentrant, je réalisais que 30 mn pour moi allait représenter plus de 5h de marche pour Pierre.
Quand je suis allée à sa recontre, à pied, aux portes de Belfort, une évidence m'a frappée: il n'avait pas marché 28km...mais 700, venu de Marseille à pied !
Mon échelle de comparaison en était toute déglinguée.
Là réside le défi de ce gardois de gars, fort attachant et déterminé, plein de projets mais vivant pleinement son aventure dans l'instant, pas à pas...
Maryse a adheré au projet de Pierre, qu'elle ne connaissait pas car elle était, on peut dire, fan de la troupe de spectacles médiévaux les fréres d'armes 1380 dans laquelle il travaille avec son frère et qui chaque année participe aux fêtes médiévales de Belfort.
Même si elle ne le connaissait pas, le courant est vite passé. Ce qui nous a rechargé un Pierre déconfit et nous permettra de suivre, jusqu'au bout, je l'espère cette aventure.

Merci à Maryse , ainsi qu'à tous les hôtes passés et à venir qui lui permettront de tenir jusqu' à Paris en Septembre.